La pointe Saint-Mathieu, un concentré de Bretagne à l’extrême ouest du Finistère

À l’extrême ouest du Finistère, en Bretagne, non loin de Brest, découvrez la pointe Saint-Mathieu, Beg Lokmazhe en breton, un lieu exceptionnel où abbaye du 11ème siècle, phare du 19ème siècle, musées divers et falaises abruptes de 20 mètres de hauteur se rencontrent pour offrir une vue incontournable sur la mer d’Iroise !

La pointe Saint-Mathieu est un véritable concentré de Bretagne à 120 km du camping Nature & Résidence Loisirs Le Kervastard. N’hésitez pas à visiter ce lieu magique chargé d’Histoire, lors de vos vacances au Finistère !

Le phare Saint-Mathieu

À partir de 1250, pour guider les navires, les moines se chargeaient à tour de rôle d’allumer du feu à la tour de l’abbaye. Malheureusement, cette dernière connut la ruine au fil du temps. Pour la remplacer et permettre aux navires d’atteindre bon port, un phare haut de 37 m fut édifié en 1835 en granit de l’Aber Ildut sur les vestiges de l’abbaye.

Le phare Saint-Mathieu permet une portée de 50 mètres environ avec un feu à 1 éclat blanc toutes les 15 secondes, chose qui rend son emplacement stratégique et complémentaire sur la route des phares. Avec le phare de Kermorvan, il guide les navires vers le chenal du four. Avec celui de Portzic, il donne le chemin vers le goulet de Brest.

En 1937, le phare Saint-Mathieu fut doté d’électricité, puis en 1996, il fut automatisé et enfin en 2005, il fut télé-contrôlé. Depuis 2010, il est inscrit au titre de monument historique.

Durant la visite guidée, vous devrez gravir 163 marches avant d’arriver au sommet où se tient la lentille du phare. Du haut de ces 37 mètres, vous pourrez contempler la mer d’Iroise en 360°, un panorama unique qui mérite le détour. Le phare abrite quelques fois des expositions éphémères et des projections de films courts, à voir aussi lorsque l’occasion se présente.

L’abbaye de Fine-Terre en Saint-Mathieu

La date de construction de l’abbaye de Fine-Terre à Saint-Mathieu est inconnue. Plusieurs récits se succèdent, mais, une chose est certaine, à partir du 11ème siècle et jusqu’à la Révolution Française, elle fut occupée par des moines bénédictins de la Congrégation de Saint-Maur. De style roman, puis gothique, elle fut longtemps entretenue par des bienfaiteurs de la région.

L’abbaye est nommée et gardée sous la protection de Saint-Mathieu, un apôtre évangéliste dont les reliques furent ramenées d’Égypte par les marins bretons en 1206.

Les moines ont toujours vécu en communauté selon la règle de Saint Benoît et ont assuré l’entretien du feu en haut de la tour pour guider les navires. Après la révolution Française, l’abbaye est devenue un bien national. En 1791, les derniers moines quittèrent l’édifice à jamais qui sera laissé à l’abandon et tombera en ruines.

Depuis 1875, les vestiges de l’abbaye sont classés au titre de monuments historiques.

Le sémaphore de la pointe Saint-Mathieu

En 1806, un premier sémaphore a été bâti par la Marine Nationale pour surveiller les côtes, à mi-chemin entre l’abbaye et les Rospects. En 1906, un deuxième sémaphore est construit pour se placer au plus près de la pointe Saint-Mathieu pour offrir une vue imprenable sur la mer d’Iroise, le chenal du four et le goulet de Brest. Rénové à maintes reprises, le bâtiment culmine aujourd’hui 39 mètres de haut et abrite les logements des guetteurs. La visite à l’intérieur est strictement interdite.

Le cénotaphe de la pointe Saint-Mathieu

En 1927 et à la demande de l’Amiral Guépratte, député du Finistère, un mémorial national en hommage aux marins morts pour la France fut bâti. Il s’agit d’une stèle haute de 17 m représentant une femme en deuil face à l’océan. En 2005, le fortin du 19ème siècle fut rénové pour accueillir un cénotaphe en hommage à tous les marins d’État, de commerce et de pêche disparus au cours des guerres et des conflits pour la France.

Des expositions sont organisées régulièrement dans l’enceinte du cénotaphe pour apprendre davantage sur l’histoire de la région et son rôle joué dans les guerres. L’accès reste libre et gratuit.

Consulter tous nos articles